Accueil Attractions touristiques L’estuaire de Rivulet à Terre Rouge, endroit paradisiaque pour les amateurs d’ornithologie

L’estuaire de Rivulet à Terre Rouge, endroit paradisiaque pour les amateurs d’ornithologie

0
0
heron vert - L'estuaire de Rivulet terre rouge ile maurice
L'estuaire de Rivulet Terre Rouge

Situé sur la côte nord-ouest de l’île Maurice à quelques kilomètres seulement de la capitale Port-Louis et de ses activités portuaires, l’estuaire de Terre-Rouge est un petit coin de paradis dans la localité de Rivulet, Mer Rouge, elle-même faisant partie intégrante du quartier de Roche-Bois. Cet estuaire naturel est unique à l’île Maurice et l’un des rares de l’Océan Indien qui offre un vrai coin de repos aux oiseaux migrateurs qui voyagent du pôle Sud au pôle Nord et vice-versa. Selon les experts, les oiseaux fréquentent ce coin, où ils trouvent également de quoi se nourrir, pour échapper aux basses températures des hivers au nord. Ils proviennent d’aussi loin que la Sibérie et trouvent refuge à l’île Maurice, où la température y est plus élevée.

L’histoire de l’estuaire de Terre-Rouge, Rivulet

Malgré le fait que l’estuaire accueille des milliers de visiteurs par an, il est un site protégé. Ce havre de paix est en effet un territoire riverain dont les spécialistes mauriciens assurent une protection permanente. Par ailleurs, l’estuaire de Terre-Rouge figure depuis 2001 sur la liste des sites protégés reconnus par l’association RAMSAR. Ceci vise à sécuriser les zones humides dans le monde. Ce n’est qu’en 1997 que le gouvernement mauricien d’alors annonce, en vertu de la loi sur les parcs nationaux de 1993, que cet endroit doit être classé zone humide. La loi préconise alors une sécurité accrue et des travaux de contrôle sont tentés pour ainsi garantir que les mouvements humains dans les environs n’affectent pas la sauvegarde de ce lieu. Sur place, on constate qu’aucune industrie n’est autorisée à jeter des déchets dans les eaux environnantes. De plus, un site de dépôt près de l’estuaire a été transformé en site de compactage de déchets, et un site d’isolement d’animaux à été déplacé plus loin pour éviter les contaminations.

Les oiseaux de l’estuaire de Rivulet

Selon les éléments d’information disponibles, la zone concernée couvre une superficie de 26 hectares et accueille par année une moyenne de 1 200 oiseaux migrateurs. Les spécialistes du site repertorient les espèces suivantes ; Bécasseau Cocorli (Russie), le Pluvier Sombre (Toundra Europe), le Bécasseau Régulier (Europe), le Courlis Corlieu (Toundra Europe), le Tournepierre Rose (Europe), le Petit Héron Vert et la Sterne de base (Europe), la Sterne Naine (Mer Rouge), le Pluvier Céleste (Eurasie), le Gravelot, le Petit Gravelot (Europe), le Bar suivi de la Barge, le Terek Sandpiper, le Green Shank, le Sanderling et finalement le Little Stretch.

La naissance de l’observatoire de Terre-Rouge

Les années passèrent et il faudra finalement attendre l’an 2004 pour qu’un observatoire soit finalement aménagé sur le site. Ceci pour pouvoir observer les oiseaux à une distance raisonnable. Le but est aussi d’encourager l’écotourisme et la sauvegarde de ce lieu. L’observatoire permet également de collecter des données sur les oiseaux. Il est bon de savoir que ce lieu est ouvert à la population de manière constante. Pour pouvoir admirer ces beaux animaux à plumes, le moment idéal se situe entre le mois d’octobre et le mois d’avril, soit les 6 mois de l’été à l’ile Maurice. Les visiteurs peuvent également découvrir l’estuaire durant les week-ends.

Le financement de l’estuaire de Rivulet

Par ailleurs, l’estuaire est financé par les petits programmes du GEF. Le but de ces programmes est aussi d’intruire les habitants de Roche-Bois afin de leur faire prendre conscience de l’importance de respecter l’environnement, la faune et la flore. En retour, la GEF créé de l’emploi pour ces habitants. Autre fait sur l’estuaire de Terre-Rouge est que seuls les étudiants universitaires peuvent pratiquer des recherches sur le site. Ces recherches touchent généralement la qualité de l’eau, la proximité des métaux dans l’estuaire, les propensions nutritives à la disposition des oiseaux migrateurs mais aussi des recherches visant à repérer des potentielles maladies qui pourraient être transportées par ces oiseaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here