Jardin Botanique de Curepipe - ile maurice

Saviez-vous qu’à Curepipe il n’y a pas que la pluie, le collège Royal, la Clinique Darné, l’hôtel de ville et la mythique gare Jan Pallach ? … Et oui on trouve aussi le deuxième plus grand espace réservé aux fleurs à l’Ile Maurice intitulé; Le jardin botanique de Curepipe.

Ou se trouve le jardin botanique de Curepipe?

Et oui, à quelques kilomètres du centre-ville en empruntant la route qui mène justement à la clinique Fortis Darné se cache un magnifique jardin grandeur nature. Grand de plusieurs hectares, le Jardin Botanique de Curepipe, ou communément appelé le Jardin Botanique SSR de Curepipe en honneur du père de la nation, est le deuxième plus grand espace réservé aux fleurs à Maurice après celui de Pamplemousses. L’attraction à Curepipe, principalement pour la région comprenant Les Casernes, Robinson et Camp Caval. Ce jardin occupe une partie de l’ancien domaine de la Mare aux Joncs et compte quelque 25 arpents. On admire en hiver les azalées en pleine floraison. Des bassins placides et des parterres verdoyants et fleuris ornent le jardin.

Quand Le jardin botanique de Curepipe a-t-il vu le jour?

Le jardin botanique de Curepipe voit le jour en 1870. C’est les descendants de colons français qui l’aménagent avec une myriade de plantes exotiques et endémiques des Mascareignes. Étendu sur une superficie de deux hectares, ce jardin héberge d’imposants palmiers, une multitude de lataniers et fougères rares, d’immenses tambalacoques, des bois d’olive et des bois de natte, qui s’élèvent au cœur d’une végétation luxuriante. C’est en 2011 que le jardin botanique de Curepipe est restauré pour la dernière fois.

L’atmosphere du jardin de Curepipe

Dès l’entrée du jardin, c’est l’extase. La verdure séduit et l’atmosphère vous coupe du reste du monde. Des grands arbres couvrent presque la totalité des lieux, alors que les chants des oiseaux retentissent, au loin un jardin d’enfant aménagé s’ajoute au décor auditoire de ce mythique jardin. Le jardin Botanique de Curepipe a tous les atouts pour plaire aux amoureux de coins tranquilles. La visite commence et c’est à vous de vous laisser surprendre par le spectacle naturel qui s’offre à vous. Par ailleurs, si vous entendez le bruit d’un ruisseau à proximité, vous entendez juste. En effet, une rivière d’eau fraîche traverse le jardin et alimente sur son passage un lac d’eau cristalline.  D’autres préfèrent l’ambiance plus romantique d’une balade le long des sentiers qui passent sous les grands arbres. Le Jardin Botanique de Curepipe reste aussi un site de prédilection pour les joggeurs, quelques familles à la recherche de dépaysement ou des enfants attirés par les attractions qui ont été aménagées à leur intention à l’entrée.

Les plantes du jardin botanique de Curepipe

Les jardins ont été initialement meublés avec une riche collection de plantes exotiques qui ont été introduites à l'île Maurice comme plantes ornementales, en particulier les rhododendrons, les camphres et une gamme d'arbres fruitiers exotiques. Les azalées, sur les armoiries de Curepipe, ornent également le jardin. Cependant, il dispose maintenant d’une petite collection croissante des plantes endémiques les plus rares et les plus menacées de l’Ile Maurice. En parlant de plante menacée d’extinction, on retrouve là un palmier. Hyophorbe amaricaulis, le palmier le plus rare du monde. Le seul qui existe est le spécimen se trouvant dans l’enceinte du jardin de Curepipe. Il est le seul spécimen de son espèce, car toutes les nombreuses tentatives de fertilisation croisée ont échoué. La plante est maintenant entourée de clôtures de sécurité pour sa protection. Il mesure environ 12 mètres de haut, avec un mince tronc gris et de rares fleurs blanches crémeuses.

Le jardin aussi comme Jardin Botanique Sir Seewoosagur Ramgoolam

Comme mentionné plus haut c’est en 1870 que des descendants colons décidèrent de mettre sur pied le jardin botanique de Curepipe. Cependant, quelques 100 ans plus tard, au beau milieu des années 1980, le jardin botanique sera baptisé Jardin Botanique Sir Seewoosagur Ramgoolam. Ce dernier a été celui qui, a travers sa lutte dans les années 1960, a conduit l’île Maurice à son indépendance.

Carte du jardin botanique de Curepipe