Formé il y a plus de 10 millions d’années déjà, la montagne qui fait quelques 812 mètres en hauteur réunit les amateurs de sensations fortes dans un but unique. Une escalade qui vous porte vers un des sommets duquel une bonne partie de Maurice est visible. Le Pouce fait partie de la chaîne de Moka. La montagne cache à ses pieds le magnifique village de La Laura-Malenga. Cependant vous aurez le choix entre le parcours très difficile, soit de Port-Louis en passant par Le Dauguet, ou de St-Pierre pour une escalade plus calme et moins fatiguante. La randonnée en partant de Saint-Pierre est nettement plus courte. Sa durée avoisine les 4 heures, ce qui en fait un parcours accessible à tout bon marcheur

Le Pouce est réputé pourquoi?

Le Pouce étant réputé, les sentiers sont souvent empruntés. Vous n’aurez donc aucune difficulté à trouver votre route. Attention toutefois, après de forte pluie, toute la première partie de la randonnée est glissante et vous pourrez même voir un léger ruisseau se former. La randonnée débute par une large piste qui passe près de quelques cases. La pente est douce et sans difficulté. Sur la gauche, un panneau en bois indique quelques directions et le temps de marche, en prévoyant 2h10 pour le Pouce. Prendre un peu à droite et longer une piste très caillouteuse qui débute près de grands eucalyptus avant de pénétrer sous le couvert des jamroses qui créent une ombre agréable. Plus loin, la piste rétrécit et se transforme en sentier constitué essentiellement de gros cailloux qui mettent à mal les chevilles.

Avec un peu de chance, vous pourrez apercevoir des singes plus loin dans la vallée. Le sentier, toujours aussi rocailleux, commence à grimper de plus en plus. Après quelques virages, on parvient au début d’un petit plateau. Profiter des panoramas qui s’offrent à vous ; un avant goût de l’île avant de pouvoir l’admirer à 360 °, du sommet. Les cailloux disparaissent enfin pour laisser place à de l’herbe et de la terre. Si vous prenez à gauche, vous pouvez rejoindre Port Louis. Le sentier se poursuit sur la droite dans les goyaviers, les magnifiques palmiers, et les longoses qui se chamaillent pour envahir les flancs escarpés du Pouce.

Superbe vue de la montagne du Pouce, mais attention!

On parvient à un nouveau petit plateau où les panoramas ont encore grandi. Le Pouce, droit devant, affiche son sommet qui semble proche à vue d’œil : exaltation ! La pente, cependant, est extrêmement raide et demande beaucoup de prudence, de concentration et d’agilité. En effet, cette partie est déconseillée aux personnes sujettes au vertige. Le sentier comporte de très hautes marches qui, liées à la verticalité des lieux, créent la seule véritable difficulté. Les mains sont nécessaires pour assurer la sécurité car on trouve très rarement des câbles de mains courantes à Maurice. Le sommet de quelques mètres carrés comporte de grosses roches et un peu de place pour les randonneurs essoufflés. Port Louis occupe une large partie du panorama. Vous pouvez aussi voir l’océan et tout le tour du Pouce, occupé par d’autres montagnes ; un spectacle garanti ! Du sommet, on peut voir Port-Louis, Moka et Beau-Bassin Rose-Hill, ainsi que de nombreux autres endroits autour de l’île.

Il faut toutefois faire très attention car le vent peut être violent. Après s’être régalé du spectacle, il est temps de redescendre. Là aussi : prudence. La descente peut s’avérer plus compliquée que le trajet jusqu’au sommet. Pour descendre, il est préférable de s’asseoir avant de poser les pieds. Arrivés au plateau, le reste de la descente est un plaisir.

La faune et la flore du Pouce

Pendant la randonnée vous verrez que Le Pouce est envahi par la goyave et l’acacia, qui ne sont pas originaires de la région. Un exemple de la flore endémique au Pouce est le Pandanus pseudomontanus communément connu comme le Mountain Screwpine. Bien que cette plante ne soit pas officiellement inscrite sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), elle est potentiellement en danger d’extinction. Les seules espèces sont deux plantes dans la réserve naturelle du Pouce. Comme ces deux espèces sont des plantes mâles, l’espèce présente un risque extrêmement élevé d’extinction. Prenez donc garde à ne pas contribuer à son extinction.

Charles Darwin a grimpé Le Pouce

Par ailleurs, Le Pouce a été formé il y a dix millions d’années dans un dôme de lave de basalte. Ceci confirme le fait que l’Île Maurice est bien une île volcanique. Parmi les célébrités ayant escaladé Le Pouce, on retrouve, Charles Darwin qui a grimpé la montagne pendant son voyage autour du monde. Il a enregistré dans son journal:

«Je suis monté au Pouce, une montagne ainsi appelée d’une projection en forme de pouce, qui s’élève près de la ville à une hauteur de 2600 pieds. Le centre de l’île est constitué d’une grande plate-forme, entourée de vieilles montagnes basaltiques brisées, avec leurs strates plongeant vers le large. La plate-forme centrale, formée de coulées de lave relativement récentes, est de forme ovale, à treize milles de diamètre, dans la ligne de son axe le plus court. Les montagnes limitrophes extérieures entrent dans cette catégorie de structures appelées cratères d’élévation, qui sont censées avoir été formées non pas comme des cratères ordinaires, mais par un grand bouleversement soudain. Il me semble qu’il y a des objections insurmontables à ce point de vue: d’un autre côté, je peux difficilement croire, dans ce cas comme dans d’autres, que ces montagnes cratériformes marginales ne sont que les vestiges basiques d’immenses volcans dont les sommets ont été emportés, ou avalés par des abîmes souterrains ».

Les Sentiers

Saint-Pierre – Sommet: 3.8km aller-retour, piste modérée sur 4h (ascension abrupte sur les derniers 500m), retour sur le même sentier ou sur celui de Port-Louis.

Saint-Pierre – Port-Louis: 6km aller, piste modérée sur 3h45 (n’incluant pas l’ascension du sommet), fin du sentier à Tranquebar ou Le Dauguet, Port-Louis.